Avoir une fille…

Processed with VSCO with a4 presetCet article aura un goût de « plus personnel » mais voilà trois ans que je reçois des demandes à son propos… Et oui, je n’ai jamais caché qu’après mes deux garçons j’ai longtemps rêvé d’une petite puce qui viendrait boucler la boucle… Alors aujourd’hui, je prends le temps de vous expliquer ce désir et les moyens que j’ai mis en oeuvre pour y parvenir …

Avant de vous raconter mon histoire, je tiens à dire que j’ai longtemps hésité à en parler ici avec vous car je ne voulais blesser aucune femme, ni celles qui attendent, ni celles qui ont perdu un enfant, ni celles qui l’espéraient en meilleure santé. Je me sais extrêmement chanceuse et le mesure tous les jours, je sais que ça peut paraître futile ou puéril au vue de ce qu’on peut lire ou partager chaque jour, néanmoins je ne suis jamais arrivée à enrayer cette envie viscérale de tenir ma petite fille dans mes bras malgré toute mon empathie et ma peine pour celles qui méritent de connaître le bonheur de mettre au monde un petit être hurlant…

Février 2006: Après plusieurs mois de traitement naturels prescrits par mon médecin homéopathe, et destinés à remonter mes hormones en berne (j’avais les mêmes qu’une femme ménauposée, à 25 ans), mon amoureux et moi nous lançons dans l’aventure de la parentalité. Le 12 avril, un petit haricot se niche au creux de moi, c’est si rapide, je suis heureuse, mais l’angoisse de ne pas y arriver, d’en attendre plusieurs se profile malgré mon excitation immense… Baptiste naîtra le 31 décembre 2006, quel beau réveillon de la nouvelle année pour moi malgré un accouchement épuisant et non sans encombres!

Je l’espérais tellement petit garçon, c’était plus fort que moi, même si la santé dit-on , c’est évidemment l’essentiel … Pour que ma famille et en particulier mon papa, (qui a eu deux filles) ait le bonheur de partager quelque chose avec un petit mec, mais aussi parce que j’appréhendais l’attente d’une petite fille qui pourrait se détester comme je l’ai fait plus jeune, et avoir le même caractère belliqueux ,émotif ,renfermé ,que sa maman à l’adolescence … J’ai été mauvaise, agressive, j’avais peur de vivre cela avec une petite fille, je me haïssais physiquement, j’ai très longtemps trainé une acné virulente qui me donnait l’occasion de repousser tout le monde autour de moi de mon propre chef … Mais un jour une personne m’a dit que chaque être était unique et que l’histoire ne se reproduirait pas si j’en étais consciente et l’acceptais comme tel… J’ai donc ouvert mon coeur à une éventuelle princesse, un jour…

Et puis fin novembre 2010, on remet ça … Je fais retirer mon stérilet, on tente sans y réfléchir, sans prise de tête, ça arrivera quand ça arrivera, et Clément fait sa place fin décembre!Plus de problème hormonaux cette fois…  En un éclair j’étais de nouveau tombée enceinte! Un début de grossesse différent de la première, des nausées, je me mets petit à petit à espérer que cet enfant soit une petite fille… Pourquoi pas après tout?

Lors de l’échographie T2, j’apprends que c’est un second garçon. Je ne vais pas vous mentir, j’ai été odieuse , je sais ,c’est minable, un enfant c’est un cadeau , on ne choisit pas, c’est lui qui nous choisit, mais j’ai ressenti une pointe de déception car l’idée de la fille faisait son chemin, j’ai versé ma larme, je me voyais déjà avec du rose partout et des jupes qui tournent, j’avais finalement envie de connaître ça, et de me prouver que oui, ma petite fille s’aimerait davantage que sa mère … En rentrant chez moi j’ai parlé à mon fils comme je le faisais tous les jours; je me suis excusée d’avoir été aussi bête et égocentrée, je lui ai assuré que je l’aimerai de tout mon coeur tout comme mon ainé , que j’avais juste été surprise car je m’attendais à une fille et que j’étais ravie de donner à Baptiste (qui lui ne s’était pas trompé!) un petit frère ! Je me lance dans une décoration de chambre de petit boy, aux tons pastels et lin, et mon fils naît le 17 septembre , en deux poussées, grimpant immédiatement comme un petit animal sur mon sein. Un moment inoubliable, une fusion qui à ce moment là m’a poussée à me dire « quelle imbécile tu as été ma pauvre fille! »

Bref, la vie suit son cour , je suis en osmose avec mon petit koala et j’ai deux fils adorables et câlins avec leur maman…

Mais désormais je ne pense plus qu’à çaAvoir une fille; j’en aurais presque la bave aux lèvres de voir les nourrissons à couettes, j’en deviens un peu jalouse des futures mamans qui m’annoncent attendre une fille, je refoule cette envie tant que je le peux … J’en parle avec mon mari qui lui, n’est pas près à accueillir un troisième enfant, deux ans et demi après la naissance de Clément : il est dans la phase bien connue et redoutée du terrible two; ce n’est pas une porte fermée mais l’ouverture est disons… Minuscule…

Un an après c’est encore un refus que j’essuie. Je pleure, je suis déchirée à l’intérieur car elle était devenue comme un rêve, je ne savais pas à cette époque dire pourquoi… Je vois mon rêve s’éloigner…

Et puis  nous reprenons la discussion et il accepte d’avoir un dernier bébé avec moi… « Tu as conscience que ce bébé pourra être encore une fois une garçon? » Oui je m’y étais préparée bien sûr, ce bébé je l’aurais accueilli et tout autant aimé que ses frères ! Ce qui aurait été plus difficile , c’est le deuil de cette petite fille tant voulue … Ce jour là donc, discussion close, je navigue sur le net et je tape négligemment « Comment avoir une fille ».

Et le monde des forums s’ouvrit à moi… J’ignorais tout de leur existence et j’ai découvert à ce moment là que je n’étais pas la seule à vivre dans la honte d’espérer du rose après le bleu… Que les forums étaient remplis de mamans qui avaient crée des groupes de soutien « un garçon après plusieurs filles », une fille après mes garçons », « endométriose et envie de bébé »  » couple lesbien et envie de bébé » etc….

Je me lance donc avec un pseudo inventé dans la minute et m’inscris; je sous-marine les premiers temps ; quelques jours après, je décide d’intervenir timidement dans une discussion qui venait juste d’être ouverte, histoire de ne pas arriver comme un cheveu sur la soupe, chez certaines, l’amitié virtuelle étant déjà bien installée…

La mayonnaise prend entre les quelques mamans qui forment notre petite team qui s’agrandira plus tard, et l’on commence à parler « méthodes »: Ah bon? Il y a des recettes magiques????? » Recettes oui, magiques …. On ne le saura jamais!

Sachez que c’est scientifiquement démontré, une femme qui a déjà deux enfants d’un même conjoint et du même sexe a 70 % de chance d’avoir une troisième enfant du sexe identique … On ne part donc pas « gagnantes » pour avoir la fille. Pour essayer de changer la donne, plusieurs médecins ont parlé alimentation, sport, Ph vaginal, rapport et fréquences, ovulation…

Alors j’ai tenté , en sachant que c’était peut être pour rien, mais je me disais que j’aurais mis toutes les chances de mon côté!

Voilà donc les choses les parcours les moins farfelus que j’ai choisi de suivre…

-J’ai acheté le livre du Dr Papa: dans les années 70, ce médecin déclarait que certains aliments pouvaient modifier le Ph vaginal et donc permettre au corps de la femme d’accueillir plutôt un spermatozoïde mâle, ou un femelle … Ici il s’agissait donc d’ôter de son alimentation tout le sodium et le potassium possible; à suivre à la lettre donc, sans aucun écart, pendant au moins trois mois avant conception (étant donné qu’elle n’est pas prévisible cette dernière,  je vous laisse imaginer combien de temps ce régime peut durer pour certaines , l’impact sur le moral et les carences que cela peut engendrer ) : adieu chocolat, restaurant, invitation chez les copains, aliments industriels qui cachent pour 99% du sel, bonjour les plats maisons cuisinés sans sel, pâte brisée, pain, pâtes, quenelles maison à agrémenter d’épices pour faire passer le gout insipide . Limitation de la viande et du poisson, de certains fruits et légumes pour en privilégier d’autres…

-J’ai grandement augmenté ma consommation de magnésium et calcium, qui eux, étaient « favorables » aux spermatozoïdes femelles… Compléments alimentaires naturels, lait à gogo matin midi et soir (moi qui le tolérais peu, j’ai du m’y remettre et pas qu’un peu… Mon système digestif ne m’a pas remercié les premiers temps :))

-J’ai repris le sport, et ai perdu 5 kg (la perte de poids avant grossesse favoriserait l’arrivée d’une fille); je les ai aussi perdus parce que sans sel, je ne faisais plus de rétention d’eau, et que mon alimentation était bien plus limitée…

-J’ai multiplié les rapports … j’en conviens, pas super glamour pour Monsieur qui attend plus de spontanéité … En effet, si les spermatozoïdes mâles sont les plus rapides, ils sont les moins « résistants  » dans le corps de la femme… Les spermatozoïdes femelles eux, sont lents mais vivaces… Ils survivent plus longtemps que leurs congénères qui meurent au bout de 48h  … Le but était donc d’épuiser les mâles et surtout , de connaître son ovulation afin de stopper les rapports non protégés « 3-4 jours  » avant ovulation, et ainsi, laisser davantage de chances aux femelles de terminer leur parcours « en apnée »!!! Le problème est que plus on est loin de l’ovulation, moins on a de chance de procréer forcément, c’est bien connu! Rares sont celles qui sont donc tombées enceinte immédiatement!

-J’ai investi dans les savons intimes à petit PH ; « Prends le gel intima bleu, celui-là c’est le meilleur » me disait-on! Pas de lavements au vinaigre ou autre trucs louches ici, je ne voulais pas non plus risquer une infection!

Au bout de huit mois à espérer, à  découvrir les annonces de mes copines de « galère »: « Ça y est on a eu l’écho, c’est une fille!!!!!!!! », moins souvent mais tout de même « C’est une troisième garçon! » (et ressentir à chaque fois des symptômes qui n’étaient rien d’autre qu’un gros chamboulement d’hormones dû à ce que je m’infligeais) , et après avoir consulté à plusieurs reprises une kinésiologue afin de m’apaiser et m’ôter cette envie folle de fille au profit d’une envie de bébé plus simplement , je décide de stopper cette mécanique car si cela ne vient pas c’est que je suis punie d’avoir voulu choisir, c’est le destin, ça ne doit pas arriver et puis c’est tout, j’en demande trop et c’est puéril et égoïste … Je m’accorde mon dernier mois de régime et j’arrêterai tout pour laisser la nature le faire à ma place…

Juste avant de terminer cette aventure, un soir, après un … câlin, je me mets à pleurer, les larmes coulent , sans raison, comme de soulagement . Je réalise alors qu’on est le 8 octobre . Le 8 octobre… Pile 9 mois avant mon anniversaire … Je me dis que c’est peut être un signe…

Quelques jours plus tard les premiers symptômes apparaissent , je n’y crois plus trop car mon corps m’a trahi les mois précédents, mais j’apprends peu après que si, cette fois, je porte la vie! L’envie de fille laisse la place à la joie d’être à nouveau mère, mais dans un coin de ma tête cette petite voix résonne et est toujours là pour me rappeler que c’est ma dernière chance d’avoir une fille, qu’il faudra me préparer à en faire le deuil éventuel… L’espoir est toujours là, je me mets à faire des choses complètement débiles, regarder la lune au moment de la conception, faire des tests à la noix…

Je me débrouille pour passer ma première échographie avec du retard, pour être sûre de passer les 13 semaines d’aménorrhées et 3 jours nécessaires à la stabilisation du bourgeon (qui se transforme en pénis si c’est un garçon ou rentre et deviendra clitoris si c’est une fille, avant cela c’est trop incertain … Peur qu’on m’annonce tout et son contraire…). Je passe donc mon échographie à 14 Sa et 2 jours… Le médecin prend 30 minutes pour tout observer en silence, et une fois le rendez vous terminé, pose la sonde et me dit « Vous avez combien d’enfants? Deux garçons? Ahhh vous avez voulu faire la fille alors?!!!: )) Sourire . Vous voulez savoir? -Ohhhhh allez dites le moi je sais c’est un troisième bonhomme !- Mais non madame pourquoi un garçon c’est une petite fille (avec l’accent italien oui )!!! »

Pleurs ininterrompus , je regarde mon mari aux anges, j’appelle ma mère, ma soeur en pleurant, je ne réalise pas, et si c’était ce que j’avais fait qui m’avait aidée? Et si c’était le hasard? Ma bonne étoile?

Je mets presque 9 mois à comprendre, Alice naît comme dans mes rêves , sans douleur, j’arrive à 8 de dilatation à la maternité en commençant à peine à souffrir (cette fois-ci, pas de perte des eaux, je peux vous dire que la différence se sent tout de suite, surtout avec des bébés de 4,5kg dans le ventre!) en deux heures, une naissance paisible et inoubliable, je mets ensuite plusieurs mois pour redescendre de mon nuage rose.

J ‘en pleure encore souvent d’émotion , en me rappelant que la vie m’a trop gâtée, en la regardant, en voyant la relation qu’elle a avec ses frères qui l’aiment d’un amour infini, et en réalisant que quelque part, quelqu’un m’a envoyé une petite fille pour me guérir … Elle a été mon antidote je le sais maintenant , c’est depuis que je l’ai que j’apprends à m’aimer , à travers elle peut être, en tant que fille et femme, même si en ce moment elle sait être un petit être démoniaque et rebelle…

Depuis lors j’ai gardé des liens très forts avec certaines des mamans qui faisaient parties de mon groupe de soutien sur le forum… Elles se reconnaîtront …et savent…

J’espère que cet article éclaircira les voiles d’ombres que certaines auraient pu avoir; ce n’est en aucun cas une solution toute faite car on est bien d’accord, il y a toujours une part de mystère et de chance , mais une tentative qui a fonctionné pour ma part.

J’y ai mis tout mon coeur. Je vous souhaite à tous de connaître le bonheur de la maternité si vous le souhaitez, et je vous embrasse.

Audrey

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s